Menu

Savoir maîtriser sa colère

   

L’agressivité ne peut qu’entraîner l’animosité d’autrui. En sachant faire preuve d’intelligence émotionnelle, on parvient à une meilleure maîtrise de soi. Trucs et astuces pour ne plus exploser au quart de tour…

Ne gaspillez plus votre énergie ! Quand vous explosez de colère, quelle qu’en soit la raison, non seulement vous provoquez une montée d’adrénaline inutile mais surtout vous n’obtiendrez rien de valorisant. Terroriser son prochain n’étant pas forcément le meilleur moyen de communiquer avec lui. En contrôlant votre agressivité vous allez à la fois gagner en amour-propre mais également en force de persuasion. Que ce soit avec un collègue, un ami ou un inconnu, sachez privilégier le calme plutôt que la tempête. C’est une règle de base de l’intelligence émotionnelle.

Les personnes qui sont capables de s’emporter facilement ignorent à quel point la plupart du temps leur réaction reste parfaitement injustifiée. Avec des enfants par exemple : faire preuve d’autorité n’implique pas forcément la colère. Certes, dans la vie il est parfois bon de hausser le ton. On se sent mieux après, mais ce ne peut être un art de vivre sous peine de voir son entourage prendre la poudre d’escampette.

Écouter plutôt que mordre : vous êtes attaqué ou pris à parti et donc vous piquez une colère sur votre « agresseur ». Entraînez-vous à laisser s’exprimer celui qui s’en prend à vous, même si ce n’est pas facile. A un moment il va s’arrêter tout seul car la colère c’est comme le ping-pong : si personne ne renvoie la balle, on ne peut plus jouer !

Canaliser ses émotions : si vous pouvez éructer sur le premier venu qui vous a bousculé, quelle serait votre réaction dans une situation un peu plus grave ? Il ne s’agit pas de se taire mais au contraire de mesurer votre réaction par rapport à ce que vous subissez.

Maîtriser sa voix : monter en volume sonore est la preuve évidente d’une incapacité à se contrôler. Autant vous pouvez rire très fort, autant il ne sert à rien de hurler parce que vous êtes énervé. Servez-vous de ce truc utilisé par les éducateurs de jeunes délinquants : il faut baisser le ton à mesure que l’autre l’élève. Parlez lentement et de moins en moins fort. La personne en face de vous en fera de même sans s’en apercevoir. Qui pourrait s’énerver à voix basse ?

Gérer sa tension nerveuse : la vie moderne est pleine de stress et de soucis qui font que l’on peut exploser parfois pour peu de chose. Relaxez vous, faites du sport, apprenez à vous détendre en vous coupant du monde extérieur. Quand survient un motif de colère, respirez un bon coup et prenez le temps d’analyser d’abord la situation.