Menu

3 règles pour éviter le diabète

Le diabète est devenu une épidémie mondiale. Cette maladie n’est pourtant pas une fatalité.

Quels sont les facteurs de risque du diabète ?

Quand faut-il s’inquiéter ?

Quelles habitudes prendre pour l’éviter ?

Le diabète de type 2 fait des ravages, dans les pays riches comme dans les pauvres. 180 millions de personnes sont touchées dans le monde et l’OMS prévoit d’ici 2030 un doublement du nombre de cas. Pourtant, les facteurs de risque sont bien connus et, même si certaines personnes sont plus disposées que d’autres, cette maladie reste aujourd’hui largement évitable.

Il faut dire que le diabète est une maladie sournoise : elle peut progresser durant plusieurs années sans qu’aucun signe ne donne l’alarme et c’est souvent à l’occasion d’un bilan sanguin de routine que l’on découvre son existence. Pour éviter cette désagréable surprise, quelques règles simples s’imposent. La première est de garder la ligne. La deuxième, de surveiller son alimentation pour tenir sa glycémie à l’oeil. La troisième, d’adopter une bonne hygiène de vie. Suivez le programme.

Règle numéro 1 : surveillez la balance
Le poids est sans conteste le facteur de risque majeur de diabète. 60% des diabétiques sont obèses ou en surpoids. L’indice de masse corporelle est un critère utile mais insuffisant pour mesurer le risque de diabète. La répartition des graisses compte aussi, en particulier sa présence au niveau de l’abdomen qui est à l’origine de l’obésité dite « pomme ».

Bilan : les hommes souffrant d’obésité abdominale ont davantage de risques de souffrir de diabète.

Conseil : essayez de maintenir votre indice de masse corporelle en dessous de la barre fatidique des 23. Pour une femme mesurant 1,65 m l’idéal est donc de peser moins de 63 kg et pour un homme de 1,75 m la barre à ne pas dépasser se situe à 70 kg. Pour garder la ligne pas de secret : bougez plus et mangez moins.

Règle numéro 2 : surveillez votre alimentation pour contrôler votre glycémie
La glycémie est régulée de façon très précise par une hormone appelée insuline fabriquée par le pancréas et circulant dans le sang.
Le diabète de type 1 est caractérisé par l’absence de synthèse d’insuline.

Le diabète de type 2 est plus fréquent que le diabète de type 1 ; il représente 85 à 90 % des cas. Intimement lié aux habitudes alimentaires, se développant de préférence chez des personnes prédisposées, il est lié à un dysfonctionnement du pancréas. A long terme, le pancréas s’épuise, il synthétise de moins en moins d’insuline et des injections sont alors nécessaires.

Le rôle joué par les glucides dans la survenue du diabète n’est plus aujourd’hui à démontrer. La solution : opter pour des glucides à index glycémique bas, come le pain complet, les pâtes, le riz complet et les légumes.

Règle numéro 3 : adoptez une bonne hygiène de vie

Dans une étude publiée l’année dernière, des chercheurs israéliens ont mis en évidence un nouveau facteur de risque de diabète de type 2 : le stress au travail. Ou plus exactement le « burn-out », cet état d’épuisement physique et émotionnel consécutif à l’exposition à un stress permanent et prolongé. En cas de stress chronique vous pouvez essayer les techniques de relaxation qui sont efficaces, tout comme certaines thérapies cognitives comportementales.

On connaissait les effets délétères de la cigarette sur le risque de cancer, moins ceux sur le risque de diabète. En effet, les fumeurs présentent un risque de diabète significativement plus important que les volontaires qui n’ont jamais fumé.